In Vino Veritas: ma subjectivité, ou comment je juge de la qualité d’un vin

Équilibre et Harmonie!

Pour moi, ce sont les deux valeurs cardinales.

L’équilibre, c’est quand rien dans le vin ne nuit ni ne domine l’ensemble,
l’harmonie (plus rare), quand les différents aspects du vin semblent se rehausser les uns les autres.

L’harmonie est au dessus de l’équilibre (absence de défaut).

Ensuite, je juge de la qualité des différents aspects: la teinte et l’éclat de la robe, la pureté du fruit et la complexité des arômes, l’attaque en bouche, la fraîcheur (l’acidité), la qualité, le grain des tanins, le degré de corps, la texture (velours, taffetas etc), le milieu de bouche (flaveurs soutenues ou creux en milieu de bouche) l’allonge, la persistance et la finale. La typicité, l’originalité, l’expression du terroir, la qualité de l’assemblage, le tonus voire la tension, enfin le prix.

Mais, plus que les caractéristiques individuelles,

ce qui l’emporte, c’est l’équilibre.

Cette quête de qualité basée sur l’équilibre et l’harmonie je la recherche également

Ange et vihuela, XVIème siècle
en musique: lien

Tango Argentin
dans la danse:  lien

Énergie!
dans le Qigonggeorgescharles


la méditation,

et le Tao.

Proposition XV du Dao de jing (Lao Tseu):

« De tous temps, ceux qui excellent dans la pratique de la Voie sont subtils, pénétrants, insondables.

Parce qu’ils sont insondables je ne puis décrire que leur allure:

Ils sont hésitants comme qui traverse un fleuve glacé en hiver,

circonspects comme qui craint ses quatre voisins,

réservés comme qui est visite.

Ils s’animent comme glace qui fond, ils sont entiers comme le bois brut,

ils sont diffus comme l’eau limoneuse et ouverts comme une vallée.

Dans l’état diffus ils restent calmes de sorte que cela se clarifie peu à peu.

Ils conservent le calme afin de laisser cela se mettre en mouvement et alors doucement celà naît et le mouvement juste apparaît.

Qui pratique cet art et ne cherche pas à se rassasier, ne cherchant pas à se rassasier il se renouvelle perpétuellement ».

À mon sens, au-delà de l’étude et de la pratique, le recours à une approche transversale (analogie avec le monde des arts) d’ouverture et d’écoute pour comprendre et apprécier le vin me parait indispensable (et plaisante) tant les sensations qu’il suggère et les messages qu’il communique ne se trouvent que partiellement transmis par les mots.

C’est pourquoi il y aura de plus en plus de maillage avec le monde des arts à l’ÉIVV.

In Vino Veritas!

Richard Sagala

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s