L’art du majordome I/ The Art of Butlering I

Richard
Richard Sagala

“Dieu le voit!”

-ou-

“God is in the details”

À l’aide des deux citations en rubrique, j’aimerais inaugurer cette série de douze chroniques (sur un art un peu spécial en vérité) qui vous aidera à organiser des fêtes brillantes et à recevoir avec classe.

La première : « Dieu le voit » était la phrase des maçons au temps des cathédrales qui sculptaient la face arrière des chapiteaux de colonnes destinées à être placées à des endroits inaccessibles ou partiellement dissimulés à la vue.

La seconde : « God is in the details » est attribuée au génial architecte Ludwig Mies Van der Rohe qui a réalisé d’importants complexes architecturaux dont le très beau « Westmount Square » ici à Montréal. La symétrie, la légèreté et la simplicité des lignes dissimulant une quantité de détails discrets, de solutions ingénieuses et originales signent cette œuvre moderne et classique à la fois.

Le souci du détail et la quête d’excellence sont au cœur du service et de l’art du majordome…tout comme ils sont généralement au cœur de l’art de vivre et de l’art de recevoir.

Il n’y a pas que les dieux qui voient et apprécient les détails, tous les voient!

Soyez assuré que l’effort fourni ne passera pas inaperçu et que les gens y seront sensibles même les peu impressionnable ou les plus blasés.

Pour mieux l’illustrer, voici une anecdote personnelle qui s’est déroulée il y a une dizaine d’années:

La scène se passe à Monaco, plus précisément dans la rade derrière le Casino de Monte-Carlo ou le Lady Moura est amarré.

Construit en Allemagne et décoré par le designer italien Luigi Sturchio, le Lady Moura est un palace art déco flottant de cent cinq mètres de long  (vous avez bien lu) surmonté d’un hélicoptère Sikorsky S-76 à deux pilotes (voir image).

Tout y est superlatif. Les meilleurs artisans y ont réalisé le décor, les boiseries et le mobilier. Les ingénieurs y ont développé des systèmes hydrauliques d’une telle sophistication pour épurer les lignes et y apporter des touches uniques  tel les murets de l’héliport situé sur le pont supérieur s’abaissant comme une fleur qui s’ouvre pour accueillir l’hélicoptère.

Cet après-midi du mois de mai donc, le propriétaire déjeune al fresco sur la plage arrière du bateau et me demande de réserver pour lui et son épouse une table au Louis XV, le célèbre restaurant du chef Alain Ducasse à l’Hôtel de Paris. C’est ma première rencontre avec mon employeur et sa première demande.

Ayant obtenu la réservation pour le soir même, je décide quand même de me rendre à terre pour contrôler le tout et m’assurer de visu du choix de la table.

De ce côté-là, pas de problème, la table réservée était excellente. En fait, tout était bien: un décor dans les tons de pêche d’abricot et d’or, au centre de la table un coussin fleuri de roses dans les mêmes tons.

Me souvenant que Madame aimait les orchidées, car le bateau avait fait récemment escale à Antibes pour y recevoir la visite d’un fleuriste qui l’en avait chargé, je demandai au maître d’hôtel si nous pouvions avoir un coussin d’orchidées blanches à la place des roses.

D’abord réticent à l’idée de briser l’homogénéité du décor, il finit par accepter et la fleuriste du Louis XV fut rejoint chez elle et dut préparer cette commande de dernière minute.

Le dîner eut lieu en mon absence et le lendemain  j’y retournai prendre copie des menus afin de les donner à notre chef.

À l’entrée du restaurant, à l’accueil, on avait placé le coussin d’orchidées  sur un guéridon et des roses assorties au décor étaient retournées sur la table.

Dans l’après-midi, Madame me croise sur le bateau et dit négligemment en passant :

« Merci pour les fleurs ».

J’étais surpris (et heureux il va sas dire). Surpris, car je ne croyais pas qu’ils l’auraient remarqué.

Heureux, car je voyais qu’ils faisaient attention aux détails.

Ces personnes qui sont habituées au luxe et aux attentions particulières de façon permanente pourraient bien ne pas remarquer ou faire cas de ces choses.

Je ne crois pas que le fleuriste à Antibes s’est vu félicité pour avoir fleuri leur bateau, c’était son travail, il l’a fait.

Mais au Louis XV, ils étaient les seuls à avoir ces orchidées… et  ils l’ont remarqué.

Voilà en substance l’art du majordome. Son travail, un peu comme le fleuriste de l’histoire, il doit le faire et bien. Mais l’art, c’est de penser à ces détails, à personnaliser les lieux et les circonstances, à y ajouter une touche  qui les augmenteront et en feront un événement unique.

Peu importe le niveau social et les habitudes des personnes, nous sommes tous pareils: quand on reçoit des marques d’attention personnelles ou que l’on fait l’objet de soins dédiés, cela ne passe pas inaperçu.

Alors, donnons un peu de notre temps pour faire mieux, pour faire magique, ce  n’est ni difficile, ni nécessairement coûteux.

Je m’emploierai dans cette chronique à vous montrer ces choses qui sans être onéreuses changent  la perspective.

Passons à table voulez vous?

Nous parlerons éventuellement de comment dresser une table élégante et impeccable, mais aujourd’hui, en lien avec ma chronique sur les vins,

je vous propose de nous attarder à la cristallerie.

Pour une cristallerie éblouissante:

Quoi de plus beau que de voir scintiller au soleil ou sous l’éclairage des bougies une verrerie, ou un centre de table en cristal.

Voici comment en rehausser l’expérience.

Pour un vase de cristal taillé, lavez-le dans une solution de bicarbonate de soude et voyez-le scintiller.

Les verres eux sont lavés avec de l’eau  très chaude,  portez à cet effet des gants de caoutchouc très épais. Ceci est préférable au savon qui peut  laisser un film indésirable sur les parois.

La veille du dîner, nettoyez chandeliers, appliques,  passez l’aspirateur etc. Le jour du dîner et comme dernière opération, c’est-à-dire après la mise en place des assiettes et de la coutellerie, vous apporterez sur un plateau les verres destinés au repas.

Ne les placez pas tout de suite sur la table.

Sur une table d’appoint, faites-vous une maquette de la disposition. Vous pourrez  la travailler à loisir sans risquer de salir la nappe

Ensuite, apportez le plateau de verres et placez-le sur une chaise, pour les mêmes raisons.

Disposez ou faites disposer les verres par un aide qui reproduira la maquette.

Attention, déposez le verre la tête en bas.

Alignez-les selon le plan de table, le verre à eau à la pointe du couteau (si possible).

Alignez les places entre elles à l’aide de mesures, cordeau ou (très commode) d’un petit laser facile à trouver en quincaillerie.

Satisfait de l’allure générale?

Maintenant vous êtes prêt pour le polissage.

Apportez une bouilloire d’eau chaude et passez les verres un à un au dessus de la vapeur (un film de vapeur suffit).

À l’aide d’un linge à polir (et non d’un linge à vaisselle) tel celui offert par le fabricant de verre Riedel polissez les verres un à un.

Vous tiendrez  le linge en diagonale la partie basse prendra le pied et vous pourrez polir la tulipe en minimisant le contact des doigts sur le verre. Ne tenez pas le pied solidement dans votre main, laissez  le tourner pour ne pas imprimer de mouvement de torsion qui pourrait être fatal à un verre délicat.

Si vous êtes perfectionniste, portez des gants blancs de coton.

Un fois le verre poli, placez-le sur son pied  et n’y touchez plus.

L’avantage d’avoir les verres renversés pendant l’opération de polissage permet d’interrompre le travail et d’y revenir plus tard en s’y retrouvant facilement.

Rectifiez, optimisez l’alignement, et voilà!

Votre cristal scintillera et vos invités seront, comment dire, éblouis…

Vers: L’art du majordome II/ The Art of Butlering II

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s